Les réalités dans les problèmes de poids… Apprendre à changer

Dr Dominique Boute

Dans le Programme « Gagnez ! Et si vous arrêtiez de vouloir perdre », avec l’exemple de Mathilde, nous allons mieux comprendre la base de ce qu’est un vrai changement… Avant de commencer à changer, il faut déjà clarifier ce que l’on appelle un changement et envisager ce que l’on peut changer… C’est là qu’intervient la notion de réalité.

L’ordre des réalités

Il y a la réalité de premier ordre : c’est le fait, il est intangible. Cette réalité de premier ordre ne peut pas changer ou tout du moins dans l’instant présent ou dans le court terme.

Il y a ensuite la réalité de deuxième ordre qui correspond au regard que l’on porte au fait. Cette réalité de deuxième ordre dépend de nos apprentissages, de notre éducation, de nos croyances, de notre histoire… C’est la théorie dite « constructiviste » qui fait que l’on construit « le regard que l’on porte au fait (à la réalité de premier ordre), à ce qui nous arrive, à ce que l’on est… ».

Dans une véritable conduite de changement, on s’attache à faire évoluer la réalité de deuxième ordre autrement dit à faire évoluer le regard que l’on porte aux faits.

Accepter l’instant pour changer

Dans certains cas, ce sera l‘acceptation d’un fait intangible qui ne peut pas changer. Par exemple, l’acceptation d’une maladie dont on ne peut pas guérir. On travaille alors pour retrouver de l’apaisement et par l’acceptation pouvoir à nouveau évoluer. Ce travail est un travail de deuil : accepter que la vie après sera différente de la vie d’avant. Dans le domaine du surpoids, le fait intangible est l’inégalité métabolique issu de notre patrimoine héréditaire qui fait que l’on a une tendance à grossir facilement et que l’on ne guérit pas d’un problème de poids.

Dans le domaine du surpoids, une deuxième réalité de premier ordre intangible est la réalité du surpoids dans l’instant. Comme vous pouvez le voir dans la courte vidéo, ce que je fais sentir à Mathilde et que si elle apprend à porter un nouveau regard sur son problème de poids, elle ouvrira la porte de l’amaigrissement. En effet, en étant en permanence en combat contre elle-même, elle génère en permanence un état émotionnel qui la pousse à manger. Accepter l’instant n’est alors pas une résignation à ne pas changer mais une réelle ouverture vers le changement. Je lui suggère de faire d’emblée évoluer sa réalité de deuxième ordre : le regard qu’elle porte sur elle-même. Ce n’est pas toujours aussi simple que ça, surtout lorsque l’estime de soi est dans les chaussettes ou que l’on a été stigmatisé des années (et surtout pendant l’enfance sur son poids). C’est pour cette raison que c’est un véritable travail sur soi.

Apprendre à changer

La conduite de changement va ainsi s’attacher à favoriser de nouveaux apprentissages. Ceci va permettre d’intégrer de nouveaux modes de fonctionnement.

C’est la différence entre ce que l’on appelle le changement de type 1 : le traitement dit symptomatique : je ne me supporte plus, je fais régime, je maigris… j’arrête le régime, je reprends du poids… Je me sens en échec et je suis en colère contre moi, je refais régime en me promettant cette fois-ci de réussir, je maigris… j’arrête le régime et je reprends plus de poids… Cela s’appelle « Toujours plus d’une même chose qui ne marche pas ». Le changement de type 1 n’est pas un véritable changement : c’est une démarche de suivi de quelque chose pensant que c’est quelque chose d’extérieur qui va m’apporter une solution.

Et le changement de type 2 : j’apprends à changer : je tire les leçons de mon expérience et découvre que lorsque « je fais un régime et que je reprends plus de poids que j’en ai perdu » c’est que « c’est cette tentative de solution qui est devenue le problème » à travers toute la frustration qui a été générée. Je travaille alors pour être en paix avec moi-même (je porte un regard plus bienveillant envers moi, je travaille l’acceptation)… Je retrouve de l’apaisement sur le plan émotionnel… J’apprends à être à l’écoute de mon besoin… J’arrête de craquer sur les aliments… Je redécouvre le plaisir de manger… Je mange finalement moins et mon corps se met à changer.

C’est toute la différence entre suivre quelque chose ou entrer dans un véritable changement. C’est là l’enjeu du nouveau regard sur les problèmes de poids et le message que je souhaitais transmettre à travers l’histoire de Mathilde. .

Comment votre Appli DietMotiv peut vous aider sur ce point ?

Le compagnon Motivation est construit pour vous aider à bien structurer votre démarche avec tout d’abord le guide du changement qui vous permet de disposer d’une vrai méthode pour définir vos objectifs.

Avec la partie « A moi de jouer », vous pouvez entrer dans le concret et faire la liste des changements que vous souhaitez voir apparaître chez vous, envisager ce qui dépend de la perte de poids ou pas, vous lancer des défis…

Un bon moyen de démarrer le vrai changement… Bonne continuation.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :