La motivation : l’énergie d’agir… Apprendre à changer

L’exemple de Clotilde permet d’aborder ce qu’est la motivation et la différence entre la volonté et la motivation. La volonté est un processus « général ». La « motivation » est destinée à atteindre un ou des objectifs particuliers. Clotilde dans l’exemple que j’ai pris considère qu’elle na pas de volonté alors qu’elle fait plein de choses et ne s’écoute jamais. Elle considère ne pas avoir de volonté car elle craque sur les aliments ou n’arrive pas « à faire régime ».

Le problème de Clotilde n’est pas la volonté mais la motivation à changer. La motivation c’est ce qui va nous permettre d’agir pour changer, pour atteindre un objectif. Cette motivation a été bien décrite par les psychologues Prochaska et Di Clemente.

Les différents stades de la boucle du changement

La pré contemplation : on n’est pas conscient qu’il faudrait changer. A ce stade, on n’est pas encore dans le cycle du changement. C’est parfois l’entourage ou le médecin qui pense que l’on doit changer alors que l’on n’en ressent ni l’envie, ni le besoin.

  • A ce stade : réfléchir aux bénéfices que l’on aurait à changer par rapport aux bénéfices de ne pas changer.

La contemplation : cette phase correspond en quelque sorte au « Il faudrait que je m’y mette… ». Il y a un certain désir de changer mais la mise en application pratique n’y est pas encore… Quoi faire ? Pourquoi le faire ? Pour qui le faire ? Ai-je la force de faire ?

  • A ce stade : réfléchir aux objectifs de changement et à ce que l’on a déjà entrepris dans le passé. Avec votre compagnon Motivation : définir la liste des changements et de faire le tri entre ce qui dépend de la perte de poids de ce qui ne dépend pas de la perte de poids.

La préparation : on est décidé de changer et on se demande ce que l’on va mettre en place et comment le mettre en place. On réfléchit au plan d’action et à la façon de faire…

  • A ce stade : choisir les objectifs dans votre compagnon motivation que vous allez travailler en premier. Parmi les objectifs qui ne dépendent pas de la perte de poids, le ou lesquels vous pourriez mettre en place.

L’action : c’est la mise en place de ce que l’on a décidé de faire. Cette mise en place donne des résultats. En ce qui concerne les résultats, attention à ne pas tout focaliser sur la perte de poids surtout sur l’espoir de pertes de poids rapides qui pourraient vite devenir démotivante. Observez vos réussites, ce que vous apprenez sur vous-même…

  • A ce stade : c’est le moment de se lancer des défis.

Le maintien : c’est la phase où l’on a atteint son ou ses objectifs. On cherche à garder le résultat. En matière de poids, c’est la sacrosainte phase dite de « stabilisation ».

  • A ce stade : considérer qu’il n’y a pas un régime pour maigrir et un régime pour stabiliser. Le maintien du poids dépend plus de l’activité physique et du suivi pondéral.

La rechute : elle fait partie du cycle du changement. Cela peut paraître paradoxal mais c’est une réalité. Les origines de la rechute sont nombreuses : on pense que tout est gagné et on relâche la pression (« chasser le naturel, il revient au galop »), on a été trop restrictif et on craque en arrêtant tout, on traverse un moment difficile et la motivation diminue… Le point important est d’accepter de baisser les voiles… et de ne pas entrer dans une loi de tout ou rien. Ce n’est pas parce qu’on baisse les voiles, qu’on en oublie l’objectif que l’on veut atteindre.

  • A ce stade : accepter que l’on peut perdre une bataille sans pour autant perdre la guerre… Analyser les facteurs de rechute et se remettre rapidement dans la boucle du changement qui devient une spirale… où l’on ne revient jamais à la case départ. A chaque fois, on gagne quelque chose et sur le long terme, le bilan devient de plus en plus positif. On reprend son compagnon Motivation.

Comment accroître la motivation ?

Se situer dans cette boucle du changement est un élément important dans une conduite de changement. Si vous êtes en phase de contemplation, il vous sera difficile d’agir. A ce stade, il importe de définir vos objectifs pour faire naître votre désir de changer et entrer en phase de préparation puis d’action.

L’action doit aussi être adapté à l’énergie que l’on peut mettre en place dans le système. Si je n’ai pas une motivation énorme, je peux commencer à mettre en place un premier petit changement.

Pour accroître ma motivation, je peux aussi segmenter mes objectifs. Comme le dit le proverbe : « Qui trop embrasse, mal étreint »… Si mon objectif est trop ambitieux, je peux me sentir dépassé par la tache. Segmenter l’objectif permet alors de se fixer pleins de petits objectifs intermédiaires.

Alors en route pour le changement avec votre compagnon Motivation.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :