Préparation à la Chirurgie bariatrique : utile ou juste pour mériter l’intervention ?

Dr Dominique BOUTE

Dans l’obésité sévère, la chirurgie bariatrique (anneau gastrique modulable, sleeve gastrectomie, bypass gastrique) a démontré une réelle efficacité dans la perte de poids et dans l’amélioration des complications liées à l’excès pondéral : correction d’un diabète, correction d’un syndrome d’apnées du sommeil, amélioration des conditions cardiorespiratoires, de l’hypertension artérielle, amélioration de la qualité de vie… Les bénéfices sont majeurs et lorsque l’on respecte les critères d’éligibilité, le rapport Bénéfice/Risque est totalement favorable, c’est à dire que le risque que l’on prend en se faisant opérer est compensé par le bénéfice que l’on va tirer de l’intervention. 

Si la chirurgie a de tels impacts, pourquoi faut-il alors se préparer à une telle l’intervention ? La chirurgie n’est-elle pas suffisante en elle-même ? Qu’est-ce qu’une préparation ?  Quel est son intérêt ? Est-ce juste pour mériter de se faire opérer ?  

Le corps peut toujours reprendre ses droits

La justification de la préparation à la chirurgie bariatrique vient du fait que l’effet de la chirurgie n’est en aucun cas définitive et que, quelle que soit la technique chirurgicale, il y a un risque de reprise de poids sur le long terme. Le corps a toujours la capacité de s’adapter…

Un des objectifs de la préparation à la chirurgie bariatrique est finalement de tout faire pour que ce qui a été à l’origine du problème avant, ne le redevienne après ! En effet, la chirurgie bariatrique par son effet « mécanique » va déclencher la perte de poids. On peut bien imaginer qu’après avoir enlevé les 2/3 d’un estomac comme dans une sleeve gastrectomie, on n’a pas vraiment envie de manger. D’autant plus que l’intervention diminue la production de la ghréline qui est l’hormone produite par l’estomac qui donne l’envie de manger. 

Donc, il n’y a pas photo : une chirurgie bariatrique, cela fait maigrir… Mais après ? Que se passe t-il quand les sensations reviennent ? Que se passe t-il quand le stress réapparait sortie de la « lune de miel » de l’amaigrissement rapide et de ce côté euphorisant  du changement ? 

C’est la que la préparation que vous avez pu faire pourra venir à votre secours. Les éléments fondamentaux  de cette préparation peuvent, à mon sens, être résumés en 4 grands piliers.

 Premier pilier : tirer les leçons de son histoire

  • dans quel contexte, mon corps s’est mis à changer ? Cela permet d’identifier les évènements, les facteurs qui ont pu favoriser la prise de poids et parmi, ces facteurs de repérer en particulier les contextes émotionnels. 
  • les différentes tentatives de prise en charge : et là il y a un point important : on ne peut pas résumer la prise en charge de l’obésité, aux tentatives de régimes ou de tous les échecs de régime.  J’entends parfois de patients dire : « comme je ne sais pas (ou plus) faire régime, il faut que je me fasse opérer. » La prise en charge d’un problème de poids est beaucoup plus complexe que l’impression qu’il faut juste un peu de volonté pour arrêter de manger… Souvenez-vous : « si un régime vous a fait perdre 10 kg mais que vous en avez repris 15 kg : ce régime vous a fait prendre 5 kg ».    

Deuxième pilier : intégrer la démarche dans une véritable conduite de changement. 

  • Cela suppose de bien définir ses objectifs : « la vie après la chirurgie bariatrique sera différente de la vie d’avant ». Il est important de l’anticiper en définissant ses objectifs et point important dans ces objectifs, de bien définir ce qui dépend de la perte de poids de ce qui ne dépend pas de la perte de poids. 
  • Cela suppose aussi de réfléchir aussi aux conséquences d’un changement dans sa vie, dans son couple, dans son environnement, dans le fait d’être plus exposé(e) au regard de l’autre… 

Troisième pilier : travailler les éléments qui ont pu être à l’origine du problème.

C’est là que l’approche comportementale prend tout son sens avec ses 3 grands éléments : 

  • La Faim : la reconnaître, retrouver la sensation de rassasiement, de satiété… Tous ces éléments extrêmement importants car  toute chirurgie bariatrique comporte une réduction du volume de l’estomac. 
  • Le Plaisir de manger : lever la restriction et la frustration pour retrouver une relation plus apaisée à l’aliment. Remettre l’aliment à sa vrai place. 
  • L’Emotion : apprendre à se rendre disponible à soi par des techniques de gestion du stress et parfois faire un travail pour être en paix avec son histoire afin d’éviter que des évènements de vie difficiles du passé ne viennent polluer la chemin du changement. 

Quatrième pilier : la place de l’activité physique

L’activité physique est un élément fondamental de la stabilité pondérale mais aussi une bonne façon de reprendre contact avec son corps. Cela fait partie du travail de changement.

Bilan préopératoire ne veut pas dire préparation

La préparation à la chirurgie bariatrique est une véritable démarche d’accompagnement dans le changement. C’est la démarche qui devrait être la référence de toute prise en charge médicale d’un problème de poids. Elle est différente des bilans d’évaluation préopératoire indispensables avant la chirurgie (digestive, cardiovasculaire, psychologique, respiratoire, dentaire, métabolique, endocrinienne…). Evaluation ne veut pas dire préparation. La préparation est une démarche active que vous initiez pour commencer à changer et donner au projet chirurgical toute sa réussite, en particulier sur le long terme. Le changement commence dès le début de la prise en charge et pas seulement à partir du moment où l’on a été opéré.  C’est là l’enjeu d’une bonne préparation. 

Etre prêt ou se sentir prêt

La chirurgie ne résout pas tout. Vous seul disposez des ressources pour changer. La phase de préparation a pour but de vous apporter de nouveaux outils, vous permettre de découvrir et d’apprendre une nouvelle relation à l’aliment et à vous même… 

Sur ce point, on voit parfois des patients pressés de se faire opérer… Il n’y a jamais d’urgence à se faire opérer. L’important est d’y être prêt. Mais, c’est quoi être prêt ?  A cette question, j’ai parfois des personnes qui me disent : « je suis prêt parce que j’y ai bien réfléchi ». C’est bien sur un élément important mais ce n’est pas que cela être prêt. Etre prêt : c’est avoir intégré le travail comportemental, avoir anticipé les conséquences de la chirurgie, avoir pris conscience de tous les enjeux et les facteurs qui pourraient exposer à un risque de rechute, découvrir que l’activité physique peut redevenir un plaisir…

Bref tous les éléments évoqués ci-dessus qui ne peuvent pas, vous l’avez compris, se résumer à la seule notion de réussir ou pas à « faire régime ». L’enjeu est important et mérite de s’y arrêter le temps nécessaire.

Alors en route pour le changement, le vrai… 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :